Jean Baptiste BREQUIN, 17121785 (aged 72 years)

05_Portraits/Portraits 1/BREQUIN Jean Baptiste.jpg
Name
Jean Baptiste /BREQUIN/
Given names
Jean Baptiste
Nickname
Jean Baptiste BREQUIN de DEMENGE
Surname
BREQUIN
Birth August 10, 1712 25 27
Occupation
Officier lorrain-autrichien, ingénieur militaire stratégique

Note: Il suit le Marquis de Beauvau de Fléville à Paris puis en Prusse. Il a un rôle très important auprès…

Il suit le Marquis de Beauvau de Fléville à Paris puis en Prusse. Il a un rôle très important auprès du Duc de Lorraine François III (devenu François Ier). Il conçoit les plans des machines hydrauliques du château de Schönbrunn. Il est parmi les 25000 lorrains partis à la Cour d'Autriche.

Death of a fatherJoseph BREQUIN
September 8, 1714 (aged 2 years)
Roi de France
Louis XV le Bien-Aimé
September 1, 1715 (aged 3 years)

Death of a paternal grandfatherDidier BREQUIN
January 31, 1716 (aged 3 years)
Death of a motherBarbe ULRY
1721 (aged 8 years)

MarriageMarie Nicolle CHEDVILLEView this family
about 1751 (aged 38 years)
Note: Le Couple a eu six Enfants, dont seuls les deux Filles, Marie-Anne et Marie-Thérèse ont atteint l'âg…

Le Couple a eu six Enfants, dont seuls les deux Filles, Marie-Anne et Marie-Thérèse ont atteint l'âge Adulte

Birth of a daughterMarie Anne BREQUIN
April 18, 1756 (aged 43 years)

Roi de France
Louis XVI
May 10, 1774 (aged 61 years)

Death January 9, 1785 (aged 72 years)
Family with parents
father
16861714
Birth: September 17, 1686 42 41Frolois (54)
Occupation: Maistre boulanger1714Frolois (54)
Death: September 8, 1714Frolois (54)
mother
Marriage MarriageMarch 4, 1710Frolois (54), Meurthe-et-Moselle, Grand Est, FRANCE
3 years
himself
05_Portraits/Portraits 1/BREQUIN Jean Baptiste.jpg
17121785
Birth: August 10, 1712 25 27Frolois (54)
Occupation: Officier lorrain-autrichien, ingénieur militaire stratégique
Death: January 9, 1785Vienne
Family with Marie Nicolle CHEDVILLE
himself
05_Portraits/Portraits 1/BREQUIN Jean Baptiste.jpg
17121785
Birth: August 10, 1712 25 27Frolois (54)
Occupation: Officier lorrain-autrichien, ingénieur militaire stratégique
Death: January 9, 1785Vienne
wife
Marriage Marriageabout 1751Lunéville (54), Meurthe-et-Moselle, Grand Est, FRANCE
child
daughter
17561797
Birth: April 18, 1756 43 25
Death: July 17, 1797 (Messidor 29, V)Vienne
Burial: Laxenbourg
daughter
Marriage

Le Couple a eu six Enfants, dont seuls les deux Filles, Marie-Anne et Marie-Thérèse ont atteint l'âge Adulte

Occupation

Il suit le Marquis de Beauvau de Fléville à Paris puis en Prusse. Il a un rôle très important auprès du Duc de Lorraine François III (devenu François Ier). Il conçoit les plans des machines hydrauliques du château de Schönbrunn. Il est parmi les 25000 lorrains partis à la Cour d'Autriche.

Jean Baptiste BREQUIN has 12 first cousins recorded

Jean-Baptiste Brequin

[Traduction de la page allemande de Wiikipédia]

Jean-Baptiste Brequin de Demenge

Jean-Baptiste Brequin de Demenge (* 10. Août 1712 à Acraignes, à partir de 1720 Guise-sur-Moselle, aujourd’hui Frolois dans le canton de Vézelise, Arrondissement de Nancy ; † 9. Janvier 1785 à Vienne) était un Officier lorrain-autrichien. Son prénom est également indiqué par Johann. [1]

Il faisait partie des conseillers qui formèrent le « district de Lorraine » autour de Franz-Stephan (François Etienne) de Lorraine. Une part importante de l’apogée culturelle et économique en Autriche à partir du milieu du 18e siècle est attribuée à cette catégorie de personnes. [2] [3]

Jean-Baptiste Brequin de Demenge, peinture de Joseph Ducreux (1735-1802)

Biographie

Jean-Baptiste Brequin est né en Lorraine, [4]ses parents sont morts prématurément. Il a vécu de 1724 à 1736 à Nancy et à partir de 1736, il fut au service de Louis-Charles-Antoine, Marquis de Beauvau (1715-1744), qui reconnut ses talents pour des projets militaro-stratégiques, des mathématiques et de la cartographie [3] et lui a permis de suivre une formation sur le prédécesseur de l’École militaire de Paris. En 1740, Brequin a accompagné le marquis de Beauvau dans un voyage à Berlin et a appris à connaître la situation en Allemagne. La même année commença la guerre de succession autrichienne. Brequin était d’abord dans les services français de Louis-Henri de Saulx, marquis de Tavannes-Mirebel (1705-1747) et devait se rendre à Vienne pour informer la France des installations de défense de cette ville. Il a refusé. Ce refus a été accepté, car il aurait signifié pour lui de trahir son ancien souverain, Franz-Stephan. Franz-Stephan n’avait accepté qu’en 1736 la remise du duché de Lorraine à Stanislas Leszczynski en échange de la Toscane, mais vécut à Vienne où il avait épousé Marie Thérèse en 1736.

Les nouvelles relations de domination en Lorraine, où une administration française de facto avait été mise en place sous Stanislas Leszczynski, ont été rejetées par de larges couches de la population. Dans les contrats d’abandon du duché de Lorraine, Franz-Stephan avait obtenu de pouvoir emporter dans son nouveau lieu de résidence des objets d’art essentiels, des archives, des instruments, des tapisseries et d’autres objets. Un certain nombre de Lorrains lui ont emboîté le pas, le départ de Franz-Stephan a provoqué un vaste mouvement d’émigration. [5]

Lors du siège de Prague, Brequin avait été accusé d’espionnage pour les Habsbourg et détenu pendant 33 jours. Il a ensuite rejoint Franz-Stephan à Vienne. Lorsqu’il se présenta en 1743 pour rejoindre l’armée autrichienne, il était d’abord considéré comme un espion, mais il se rendit rapidement compte de ses connaissances stratégiques dans la région rhénane et les exploita. La carrière militaire de Brequin sous le gouvernement de la Maison des Habsbourg-Lorraine était celle d’un officier de génie qui s’occupait de l’enregistrement et de la planification des fortifications. Certaines cartes qui se trouvent dans les Archives autrichiennes de la guerre témoignent de cette époque.

Brequin a trouvé un large champ d’action dans le cabinet de la physique viennoise (le « Cabinet des Machines »). [6] Ses services et ses intérêts ont été déterminés par la personne des dirigeants légitimes (Lorrain et Autriche) et marqués par le développement technique et les idées des Lumières. [7]

En 1747, il est devenu capitaine dans le cadre de la réorganisation du Corps d’ingénieurs et a été affecté à la formation des officiers et aux tâches d’archivage. En 1750, il était « obristwachtmeister » (major) et fut professeur de mathématiques du futur empereur Joseph II. [8] Brequin a été archiviste de génie dans la direction du génie, chef de pont, administrateur de l’Office de la construction hydraulique et assesseur de la haute direction de la construction et de la construction. En 1757, il est promu « Ingénieur Obristlieutenant ».

Jean-Baptiste Brequin a été marié à Nicole de Chedville, une Lorraine, à partir de 1752. Le couple eut six enfants, dont seulement les deux filles, Maria Anna et Marie-Thérèse, atteignirent l’âge adulte. La tombe de Maria Anna (« de Lumagna ») est située au cimetière de Laxenburg.

En 1765, l’empereur a ordonné que Brequin soit impliqué dans toutes les conduites d’eau à entreprendre et qu’il soit pris en considération en priorité. [9]

Vers 1765, il habita avec sa famille à côté de la chapelle Nepomuk (sur le lieu de la future église paroissiale) à Meidling, où il installa un accès direct de l’église à la cour de sa maison en déplaçant la sacristie de l’autre côté de l’église. Le 4 mai 1768, il est nommé chef du château de Laxenburg, le 15 juin 1768, directeur de la construction de la cour. En 1772, il a remis la fonction Laxenburger. [9] En 1773, il est devenu chef de la « Kaiserlich royal Banko- und Wasserbau-Amts-Administration », en 1783, ce service de construction hydraulique est rattaché à la direction de la construction de l’Oberhof, créée par la centralisation des directions de construction en tant qu’organisation faîtière. [10]

Brequin ne parlait que le français tout au long de sa vie et écrivait aussi ses rapports dans cette langue. Pour les activités officielles nécessitant des rapports en allemand, il disposait d’un collaborateur pour la traduction. Cela n’a pas changé quand, en 1772, sous le nouveau directeur de l’Office de la construction de la cour, le comte Kaunitz-Rietberg a désigné l’allemand comme langue officielle. [10]

Jean-Baptiste Brequin fut élevé à la noblesse avec le prédicat « de Demenge », mais n’utilisait que rarement cette nobilitisation. [11] L’estime que la famille impériale lui a accordée s’exprimait également dans le fait que le traitement lui a été rendu possible par le médecin-corps impérial Anton von Störck.

Le traité d’abandon après sa mort, le 9 janvier 1785, mentionne une bibliothèque de 573 livres, pour la plupart français, sur des sujets techniques et scientifiques, mais aussi sur l’armée, l’économie et la politique, et 25 000 florins d’argent liquide et une série de biens. [12]

Une montagne de 3.130 m de haut dans le massif de la Vanoise dans les Alpes Grajiques porte le nom de « Mont Brequin ».

 

Œuvres

Dans le cadre de sa carrière d’officier, il enseignait aux jeunes officiers de l’académie militaire de l’époque. De 1748 à 1761 au moins, il a été l’archiduc de Joseph et, selon lui, l’archiduc Peter Léopold en mathématiques et en géométrie, de 1750 à 1759, il est dirigé comme un membre de la cour impériale comme instructeur en mathématiques « de la jeune domination ». [13]. Le prince héritier Josef s’est également intéressé plus tard à ce domaine, à la géotérie et à l’art de la construction de guerre, est attribué à l’enseignement de Brequin. Les livres d’enseignement à ce sujet ont été conservés dans les archives viennoises. En outre, il a enseigné dans différentes maisons nobles de Vienne. [14]

Brequin s’occupait de nombreuses tâches techniques, l’une des priorités de son activité était la construction hydraulique et l’entretien des bâtiments publics, depuis des châteaux tels que Schönbrunn et Laxenburg jusqu’aux bâtiments de service des douaniers. [15] Il a joué un rôle déterminant dans la construction et la rénovation de l’approvisionnement en eau de Vienne. En 1765/66, il dirige la construction de la conduite d’eau de Schottenfeld à Mariahilf à l’Académie savoye et de là au château. [16] Comme cette conduite d’eau ne suffisait pas, Brequin recommanda le rejet de certaines sources de Meidling et de Margareten, d’où la conduite d’eau de la ferme de Siebenbrunn. Lors de cette construction, on expérimentait pour la première fois des conduites en argile brûlée, mais cette idée n’a pas été suivie. En 1779, il s’occupait de la construction d’un réservoir d’eau dans la caserne de Josefstadt, en 1784 avec l’extension de la conduite d’eau de la ferme de Hernals et de Dornbach. [17]

Il a également présenté un certain nombre de plans pour réguler le flux de Vienne. [18]

Tous les plans n’ont pas été mis en œuvre : l’une de ses propositions visant à creuser un lit parallèle pour réduire les risques d’inondation du Danube à Vienne n’a été réalisée qu’avec le Nouveau Danube plus de 200 ans plus tard. La mesure initialement adoptée au lieu de la mise en œuvre de cette proposition était un barrage de gauche sur le Danube, selon les plans de Johann Sigismund Hubert. La critique de Brequin, qui limiterait trop le Danube, s’est avérée justifiée peu de temps après, lorsque ce barrage a été brisé à 14 endroits. [19] Il n’a pas été reconstruit, les eaux du Danube et les verglas qui en ont résulté sont restés pendant des siècles des menaces pour les banlieues nord de la ville de Vienne et ont fait l’objet d’une réflexion permanente sur la réglementation du Danube à Vienne. [20]

Jean-Baptiste Brequin a participé à des travaux techniques à Vienne et ses environs et a dessiné plusieurs cartes. En 1784, lors de la plus grande crue du 18ème siècle, ses mesures ont contribué à la défense de la poussée de glace sur le Danube. [21] Le pont à percussion près de la porte de la tour rouge et d’autres ponts viennois ont été renforcés ou rénovés sous sa direction. [21] Il existe des informations selon lesquelles Brequin a également travaillé pour le prince Esterházy à Eisenstadt et Fertö. [22]

Brequin possédait également une expertise en météorologie et en architecture : un appareil de mesure du vent a été présenté à l’Académie royale de Bruxelles, il devait également être publié à ce sujet, mais l’appareil fonctionnel a été retiré pour des raisons inconnues. [23] Selon les documents restants, il est probable que Brequin était l’architecte du Palais Lamberg de Bratislava, construit de 1759 à 1764 (aujourd’hui palais Balassa). A Vienne, il était responsable de la restauration de l’église du Rennweg, la future église de la Garde, et sous sa direction fut construit en 1781 le théâtre sur la Praterstraße dans la ville de Leopold. [24]

Au château de Laxenburg, il a construit le temple du Dianen, qui était conçu comme le centre d’un parc animalier, une fontaine et une cascade. Il a assuré l’approvisionnement en eau par une conduite d’eau de la région de l’Anninger. [25]

L’un des sujets abordés par Brequin pendant environ 17 ans était l’utilisation du theresienfeld. Sur son initiative, des plans ont été réalisés pour réaliser l’irrigation de cette zone par un canal artificiel à partir de la Piesting près de Wöllersdorf : De là est né le Tirolerbach. [26] Les études de Brequin dans le bassin sud de La Wiener, où il a également été impliqué dans la rénovation de deux ponts à Neunkirchen, [27] ont été parmi les fondements des travaux sur le canal de La Nouvelle Ville de Wiener. [28] D’autres études ont porté sur l’amélioration de l’utilisation ou de la pose du grand étang de Guntramsdorf, qui risquait de s’assécher en cas de pénurie d’eau. Brequin proposa d’abandonner complètement l’étang et de relocaliser l’ensemble du cheptel dans la « vernis de canard » à proximité, qui a été agrandie à cette fin et dont l’approvisionnement en eau a été réorganisé. Au milieu d’elle, une île a été construite avec des broussailles pour les sites de reproduction des oiseaux aquatiques. [29]

En 1756, un voyage l’a conduit dans le nord de l’Adriatique, la " Littorale autrichienne ". Il y a étudié les plages marines et les installations portuaires et a élaboré des propositions pour l’extension du port de Trieste, qu’il a jugé plus approprié par rapport aux installations portuaires situées plus à l’est sur des plages peu profondes (par exemple.B près d’Aquileia). Brequin a considéré le littoral avec Krain et la (sous-) Styrie et a proposé d’élaborer des concepts uniformes pour l’économie et l’aménagement des voies de communication de cette région [30] qui, au XXe siècle, deviendraient une partie de la « région Alpes-Adriatique ».

En 1757, pour le compte de l’empereur, il a exploré et documenté les dégâts causés par les inondations dans la vallée de Wipptal et dans la vallée de Puster, ainsi que sur l’Asch et l’Eisack et en a rapporté à Vienne. [31]

Une autre tâche de Brequin fut, en 1766, une enquête pour la baraque de la Drau. Pour ce faire, il s’est rendu sur la berge d’Esseg (Osijek) jusqu’à Marburg (Maribor) et a proposé de construire, au lieu d’une extension de la Drava, un canal de navigation qui l’accompagne à droite. Il a également fait état des difficultés qui s’opposent à la navigation sur la Drau, au-dessus de Marburg, comme des rapides et des piliers de pont trop proches. Dans ce contexte, il a été envisagé de créer des liaisons maritimes entre le Danube, la Drava, l’Adriatique et le lac Balaton. [32]

En 1772, Brequin s’est penché sur les travaux de la réglementation moldave, qui avaient pour but de rendre ce fleuve plus navigable. [33] La régulation de la marche a également suscité un intérêt particulier pour la famille impériale, parce que Franz Stephan possédait les seigneurs Holitsch et Sassau dans les plaines fertiles de ce fleuve, mais que le château de Hof, de l’autre côté de la March, était en possession impériale depuis 1755. L’inondation annuelle menaçait non seulement le pont construit entre ces possessions, mais aussi la vallée de la March dans son ensemble. Un projet de réglementation a été élaboré en 1772, mais il n’a pas pu être réalisé pour des raisons financières.

La liste des cartes, dessins et plans de Brequin dans les archives autrichiennes de la guerre et d’autres archives et collections comprend plusieurs pages d’impression : [34] Des roues hydrauliques, des installations d’art de l’eau pour le château de Schönbrunn et d’autres sièges nobles jusqu’aux réglementations fluviales à grande échelle, ces documents documentent l’état actuel de la technique hydraulique au milieu du XVIIIe siècle. Son œuvre cartographique la plus connue est la Carte des environs de Schönbrunn et ceux de Laxenburg de 1755, qui présente la zone entre les châteaux de Schönbrunn et Laxenburg sur plusieurs feuilles à l’échelle d’environ 1 : 10.800. Ces cartes sont considérées comme les précurseurs des plans nationaux autrichiens ultérieurs. [35] L’accueil des terres de Joséphine a commencé du vivant de Brequin.

 

Littérature

  • Constantin von Wurzbach: Brequin de Demenge, Johann. En : Lexique biographique du Kaiserthum d’Autriche. 2. Theil. Édition de l’établissement typographique-littéraire-artistique (L.C. Zamarski, C. Dittmarsch & Comp.), Vienne 1857, p. 134 f. (Digitalisat).
  • Eugen Oberhummer : Une carte des environs de Vienne sous Maria Thérèse. In : Jahrbuch des Vereines für Landeskunde Niederösterreich. Volume 26 (1936). ISSN 1016-2712. ZDB-ID 501694-0. P. 158-161.
  • Dictionnaire de biographie française, t.7, Paris, 1956, col. 217
  • Johanna Schönburg-Hartenstein/Renate Zedinger : Jean-Baptiste Brequin (1712-1785) : Un scientifique de Lorraine au service de la Cour de Viennoise. Dans : Recherches et contributions à l’histoire de la ville de Wiener. Série de publications de l’Association pour l’histoire de la ville de Vienne, volume 42. Éditions Deuticke Vienne 2004. ISBN 978-3-7005-4678-8. ZDB-ID 716753-2.
  • Ferdinand Opll : Les cartes comme source de connaissance topographique. La région de Liesingen, au sud de Vienne, au temps de Marie-Thérèse. In : Wiener Histoblätter. Éd. de l’Association pour l’histoire de la ville de Vienne. 68e année. Numéro 2/2013. ISSN 0043-5317 ZDB-ID 2245-7.

 

Sources

  1. Wurzbach : Lexique biographique. P. 134.
  2. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 101-102.
  3. Opll : Cartes. P. 112.
  4. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 9. Les données relatives à un lieu de naissance aux Pays-Bas autrichiens, publiées dans une littérature plus ancienne, ne sont pas valables (mais encore le catalogue de l’exposition « Maria Thérèse et son temps ». Pour le 200e anniversaire de la mort. » Exposition du 13 mai au 26 octobre 1980 à Vienne, château de Schönbrunn. Residenz Verlag Salzburg-Wien. p. 523) ; Oberhummer : Carte. P. 158 et à Wurzbach : Lexique. P. 134.
  5. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 12.
  6. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 15.
  7. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 101.
  8. Oberhummer: Carte. P. 158.
  9. Schönburg-Hartenstein, Zedinger: Brequin. p. 18.
  10. Schönburg-Hartenstein, Zedinger: Brequin. P. 19-20.
  11. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 22-23.
  12. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. p. 23.
  13. Irene Kubiska-Scharl, Michael Pölzl : Les carrières du personnel de la cour de La Cour de 1711-1765. Une présentation basée sur les calendriers de la Cour et les procès-verbaux des partis de la Cour. In : Susanne Claudine Pils: Recherches et contributions à l’histoire de la ville de Wiener. Volume 58. ZDB- ID 716753-2. Éd. Association pour l’histoire de la ville de Vienne. Studienverlag, Innsbruck 2013. ISBN 978-3-7065-5324-7. P. 547.
  14. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 24-26.
  15. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 95-100.
  16. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. p. 21.
  17. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. p. 22.
  18. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 92-94.
  19. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. p. 81.
  20. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 73-82.
  21. Wurzbach: Lexique biographique. P. 135.
  22. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. p. 39.
  23. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 40-42.
  24. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 42-44.
  25. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 36.
  26. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 83-86.
  27. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 100.
  28. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. p. 71.
  29. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. p. 86.
  30. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 45-48 et 65-67.
  31. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. p. 68.
  32. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 69-71.
  33. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 86-91.
  34. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 103-110.
  35. Schönburg-Hartenstein, Zedinger : Brequin. P. 35, avec mention : Ferdinand Opll : Vienne dans l’image de cartes historiques. Le développement de la ville jusqu’au milieu du 19ème siècle. Tableau 20, 49. Böhlau Verlag Wien 2004. ISBN 978-3-205-77240-8.